top of page
  • Photo du rédacteurMiz Namaste

La fatigue compassionnelle. Dossier "Comprendre sa fatigue 1/6"

La fatigue compassionnelle est celle d’une usure de l’empathie et de la compassion. Ce mal est un risque qui touche plus spécifiquement les soignants, les aidants confrontés de manière répétitive à des personnes en situation de douleurs et de peine. Le risque est également présent chez les militants (écologistes, féministes notamment...) qui souffrent de ne pas voir d’amélioration à la hauteur de leur investissement et de leurs convictions.

La fatigue compassionnelle est un épuisement profond, qui se manifeste sur le plan physique, mental, émotionnel et spirituel.


Les causes :

le Modèle de Figley (2001) permet de se représenter les facteurs pouvant mener à la fatigue compassionnelle.


Ce schéma répertorie les déterminants de la fatigue compassionnelle.

Il inclut les expériences directes avec la souffrance d’autrui mais inclus également les « souvenirs à caractère traumatique » donc indirects causés par le contact avec la souffrance d'autrui. En effet, un traumatisme vécu même loin dans le passé continue de générer un stress, ou une fatigue d'évitement à la charge de la personne.


On peut également évoquer le trauma vicariant qui est une réaction traumatique suscitée par le contact avec la souffrance d’autrui. Comme une sorte de contagion par l’empathie. Le soignant développe des symptômes analogues à ceux du soigné : état d’alerte, évitement …


Les signes fréquents

-sentiment de préoccupation, -évitement ou insensibilité à l’égard de ses propres sentiments, -difficulté à dormir ou cauchemars, - perte d’intérêt envers les activités qui procuraient auparavant du plaisir -pensées intrusives -trous de mémoire

- évitement des situation de contact avec le patient/bénéficiaire - perte de l’estime de soi, - colère, irritabilité ou dépression, - manque de soin envers soi - flashback - être facilement surpris

4 phases peuvent être repérées :


FEELINGS :LA PHASE DU ZÈLE : fort investissement dans la tâche, volontarisme, on consacre beaucoup d’heures au travail.


LA PHASE D’IRRITABILITÉ : on devient moins consciencieux, voire on évite le contact avec le bénéficiaire. On peut sembler distrait, préoccupé ou distant.


LA PHASE DE RETRAIT : manque d’enthousiasme, on s’endurcit » et on peut se plaindre de stress ou de fatigue.


LA PHASE « ZOMBIE » Le désespoir se transforme en rage et la personne perçoit les autres comme des « incompétents ». Elle manifeste du dédain et ne prend plus plaisir aux activités qu’elle appréciait auparavant.


SOULAGER LA FATIGUE COMPASSIONNELLE


En institutions : les conditions de travail doivent permettre d’atténuer les impacts de la souffrance des bénéficiaires. Les pauses formelles et informelles, les débriefings, le respect des temps et de la charge de travail, des marques justes de reconnaissance, de la formation pour professionnaliser les effectifs de tous niveaux.



En individuel :Il est essentiel de mettre au point un plan de prise en charge personnelle afin d’éviter les complications pouvant découler de la fatigue compassionnelle

La psychothérapie est particulièrement indiquée dans ce cas, elle permettra de mener réflexion sur sa propre personne avec un professionnel. Il s’agira de remettre de l’ordre en soi et autour de soi pour remettre les choses à leur place.


Plus spécifiquement, le travail thérapeutique psychocorporel vise à stimuler la Croissance post traumatique. Les chercheurs Tedeschi et Calhoun[1] ont mis en avant ce concept qui désigne un changement psychologique positif subi à la suite de l'adversité et d'autres défis afin d'atteindre un niveau de fonctionnement plus élevé. La croissance post-traumatique est une aptitude psychologique qui booste les ressources adaptatives de la personne et lui permet de mieux comprendre le monde et sa place dans celui-ci.


L'utilisation de la phytothérapie énergétique sera également secourable, la diffusion de Néroli aidera à dissiper progressivement les impacts émotionnels par exemple. (cf notre article: Passer un cap avec le Néroli)


Vous souhaitez échanger sur ce sujet? n'hésitez pas à me solliciter via le Tchat en bas de page. à bientôt.



11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page